Actuel – 05.07.2018

Tamedia va négocier avec les grévistes

Les collaborateurs en grève de Tamedia ont manifesté mercredi à la mi-journée devant la tour de l’éditeur à Lausanne. Le mouvement est maintenu en attendant les résultats d’une séance de conciliation jeudi.

Réunis en assemblée générale à 14h, les représentants des rédactions romandes et des syndicats syndicom et impressum ont décidé de:

  1. Prendre acte de la volonté de Tamedia de reprendre les négociations, prioritairement sous l’égide de l’office de conciliation du canton de Vaud.
  2. Mandater sa délégation – membres du personnel et syndicats – d’aller négocier jeudi.
  3. Poursuivre la grève.

Tamedia avait demandé aux grévistes de cesser « immédiatement » leur grève, menaçant de résilier la convention collective de travail (CCT) et l’accord interne. A ses yeux, cette grève est « illicite » et « disproportionnée ». Et la grève doit selon Tamedia se rapporter à la relation de travail, devant ainsi tendre à l’obtention de conditions de travail déterminées, par exemple l’obtention d’un plan social.

Publicité

Grève licite selon les syndicats 

«Selon nous, la grève est légale. Avant d’entamer cette grève, nous avons demandé un avis de droit à nos avocats que nous avons pris depuis ce printemps pour la procédure de conciliation, Mes Luc Recordon et Michel Chavanne et qui nous l’ont confirmé. En particulier, elle est conforme au principe de proportionnalité. Depuis un an, nous avons fait des efforts énormes pour que Tamedia entende nos revendications. Depuis septembre 2017, nous demandons par exemple le gel des licenciements pour une durée de deux ans. Ce printemps, nous sommes allés en procédure de conciliation, lors de laquelle le Président de l’instance vaudoise a reconnu qu’il y avait conflit collectif de travail. Tamedia n’a même pas respecté cette procédure en prononçant 36 licenciements», explique Dominique Diserens, secrétaire centrale d’Impressum. Selon les syndicats, la grève est la seule mesure qui restait à disposition des travailleurs pour être entendu.

Le groupe de presse zurichois s’est donc ravisé suite à la grève et a proposé une séance de conciliation jeudi. Un rendez-vous accepté par les collaborateurs qui ont donc choisi de maintenir la grève en attendant les résultats de cette séance.

Revue de tweets

 

Sylvain Bolt

Sylvain Bolt

Journaliste Web pour Edito.ch/fr. Diplômé de l'Académie du journalisme et des médias de l'Université de Neuchâtel.

Actuel

tous les articles

Votre commentaire

Veuillez remplir tous les champs.
Votre adresse e-mail n'est pas publiée.

* = obligatoire

Code de vérification *