Actuel – 04.03.2018

Rejet de No Billag: les réactions

Le rejet par plus de 70% des votants de l’initiative «No Billag» a suscité des réactions dans le monde des médias. Voici une sélection non-exhaustive.

Le Syndicat suisse des mass media SSM s’est dit «soulagé» et «satisfait» du verdict des urnes: «le peuple suisse a fait le choix de la sagesse». Pour le SSM, qui a combattu de toutes ses forces l’initiative No Billag, le maintien des quelque 13 000 places de travail assuré par ce verdict populaire est un important succès. «Il faut aujourd’hui remercier le personnel des radios et TV financées par la redevance pour avoir, dans un contexte très difficile, continué d’assurer, jour après jour, un travail de qualité pour offrir à la population suisse un service professionnel et des émissions de grande valeur.» Le syndicat a également indiqué que «les réformes annoncées par la SSR ne doivent donc pas être un plan de démantèlement mais renforcer le paysage audiovisuel et sa capacité de résistance aux crises.» 

Syndicom évoque «une victoire d’étape pour le service public et la diversité de la presse. Le rejet de No Billag est un appel lancé aux milieux politiques pour qu’ils continuent à soutenir l’ATS et la lutte pour une ATS forte».

 

Pour Impressum, le rejet massif de l’initiative «confirme l’attachement des citoyens à des médias de qualité. Il faut s’attaquer de toute urgence maintenant à la situation de la presse écrite et des médias en ligne, que les politiques prennent des mesures très rapidement en vue de contrecarrer la forte érosion du financement privé des médias qui est une menace pour la démocratie». Et pour l’association, «c’est le public qui est gagnant, il pourra disposer de médias lui permettant de se forger librement son opinion, ce qui est un véritable atout pour la démocratie.» La Fédération suisse des journalistes estime encore «qu’il ne faut plus hésiter à aller de l’avant pour l’avenir de nos médias qui contribuent à la formation de l’opinion publique et sont indispensables aussi pour la démocratie».

Dans l’émission Forum de la RTS, la conseillère fédérale Doris Leuthard a dit souhaiter que la SSR puisse continuer à offrir de la qualité dans toutes les langues. «Cela montre premièrement qu’on s’intéresse aux médias; deuxièmement que le peuple suisse a réalisé qu’il faut un service public, qu’on ne peut pas travailler qu’avec des recettes purement commerciales; et troisièmement que la SSR joue un rôle important au niveau national pour garantir la cohésion et l’accès pour tout le monde au même prix.»

 

La SSR a annoncé "ne pas rester immobile”, selon son directeur

Et quelques échos de l’étranger: 

Radio-Canada évoque "la défaite cinglante” des partisans du oui. En France, Libération parle d’une "forme de légitimation”. En Belgique, la RTBF estime que le vote "relance la question de la redevance partout en Europe”.

Sylvain Bolt

Sylvain Bolt

Journaliste Web pour Edito.ch/fr. Diplômé de l'Académie du journalisme et des médias de l'Université de Neuchâtel.

Actuel

tous les articles

Votre commentaire

Veuillez remplir tous les champs.
Votre adresse e-mail n'est pas publiée.

* = obligatoire

Code de vérification *